Nous avons pu recueillir les statistiques suivantes, allant du début janvier jusqu'à la fin de l'année. Les achats en ligne en 2018 montent jusqu’à 10,62 milliards €, avec un nombre de 97,2 millions d’achats en ligne. En 2018, plus de 8 millions d’habitants en Belgique ont été identifiés en tant que consommateurs en ligne.
 

Principales tendances
 

L’importance du m-commerce est incontestable : le consommateur achète de plus en plus de son portable, tablette ou laptop. La croissance du v-commerce (comme les enceintes audio et ‘smart’) est en outre notable : 7 % des consommateurs ont indiqué avoir déjà fait une transaction via un Google Home ou Alexa alors que 28% sont prêts à acheter par ce principe. Les expériences de paiement changeant constamment celles-ci modifient aussi radicalement le jeu du e-commerce.

Les chaînes vont devenir moins importantes. Alibaba ne parle même plus d’omnichannel mais de new retail, où tout tourne autour de l’expérience du consommateur et où tous les appareils seront intégrés efficacement.
 

Les défis
 

Bien entendu, des défis subsistent. Les questions liées aux frontières éthiques comprennent les conditions de travail, la connaissance de l’origine des achats de nourriture/vêtements/meubles, les questions liées à la vie privée et celles de la combinaison du e-commerce et de la viabilité de nos villes (comment réduire le retour gratuit et stimuler les commandes groupées).

En outre, la réglementation globale est un autre défi qui, lui, est intrinsèquement lié à la croissance de l’économie digitale : l’unification du marché européen, les obligations de transparence, la TVA, le géoblocage, les plateformes, etc. restent toujours pertinents.