À l’approche des fêtes, il nous confie ses astuces pour un Noël réussi, ses souvenirs de jeunesse et ses mets favoris.
 

Comment célébrez-vous les fêtes de fin d’année ?
 

Éric Boschman : « J’aime beaucoup inviter mon entourage pour les fêtes, en particulier les personnes un peu seules, surtout pour le Nouvel An. Cette année, comme je jouerai le soir du Nouvel An, je les inviterai au spectacle, puis pour manger et faire la fête ensemble. Les fêtes sont faites pour se réunir et passer du bon temps ensemble ! »

 

Quels sont vos mets de prédilection pour les fêtes ?
 

E. B. : « J’adore le homard, juste grillé : un régal ! Je suis également un amateur de foie gras pendant les fêtes. La dinde, par contre, pas du tout. Il ne s’agit pas d’un produit de chez nous, mais bien d’une tradition américaine. J’y préfère largement une volaille de chez nous ou un chapon de Noël. Enfin, j’apprécie particulièrement la tarte de brie avec une pointe de truffe au milieu. Je cuisine volontiers pour les fêtes. À vrai dire, je ne suis jamais tombé sur des beaux-parents bons cuisiniers, donc j’ai toujours cuisiné à Noël ! »

 

Quelles sont vos astuces pour un Noël réussi ?
 

E. B. : « Pour moi, les fêtes sont synonymes de plaisir et de détente. Lorsque je reçois des gens, j’essaye que l’on évite de parler politique, religion ou tout autre sujet qui peut fâcher. Le but n’est pas de s’engueuler à table ! J’évite aussi les mélanges d’alcool ou les vins qui endorment. J’aime que la fête dure et je n’ai pas envie que mes invités s’endorment à 22 h. »

 

Quel est votre meilleur souvenir de Noël ?
 

E. B. : « Étant jeune, je n’ai jamais fêté Noël en famille. Mes parents tenaient un restaurant, ils bossaient toujours le soir du réveillon. La première fois que j’ai fêté Noël en famille, j’avais 19 ans et c’était dans la famille de ma petite amie de l’époque. La soirée était magnifique, drôle, l’ambiance était super. »
 


 

Avez-vous un souvenir de Noël à l’étranger ?
 

E. B. : « J’ai passé un Noël au Danemark, lorsque j’avais une petite amie danoise. Noël est très beau là-bas, moins mercantile, plus traditionnel. Ils n’installent pas le sapin à l’avance, mais bien la veille de Noël. La tradition veut alors que les enfants le garnissent de guirlandes qu’ils ont confectionnées eux-mêmes. Le soir venu, ils le décorent de vraies bougies allumées. J’ai adoré cette façon de fêter Noël, il y avait une vraie magie. »

 

Partez-vous en vacances en cette fin d’année ?
 

E. B. : « Je partirai peut-être 3-4 jours, ma fille habite à l’étranger et revient pour le Nouvel An. Nous ferons donc la fête en Belgique avec la famille et les amis ! »

 

Avez-vous l’habitude du ski ou des vacances en montagne ?
 

E. B. : « Je ne suis pas du tout fan de ski. Par contre, j’adore la montagne en hiver… J’ai d’ailleurs joué dans le Valais il y a quelques jours et j’adore ces paysages, je pourrais passer des heures à regarder ces sommets enneigés. C’est beau et ressourçant. »

 

Êtes-vous du genre à prendre de bonnes résolutions ?
 

E. B. : « J’ai une seule résolution : ne pas en prendre ! Ce n’est pas mon genre, je n’ai jamais pris de résolution, de toute façon je ne les tiens pas. »

 

Quels sont vos plans pour 2018 ?
 

E. B. : « J’aimerais continuer à développer le spectacle, en Belgique, mais aussi à l’étranger : en France, en Suisse… Et puis je vais préparer le 2e spectacle. J’aimerais également retourner au Festival d’Avignon et prendre le temps de rattraper tous les articles que je dois écrire. Je ne m’arrête jamais, on dormira quand on sera morts ! J’ai la chance de vivre de ce que j’aime. À chaque fois que je me passionne pour quelque chose, j’essaye de le construire en projet. Quand je me rends compte que ça marche, je me dis qu’il faut en profiter au maximum. »