Un retour sur investissement surprenant
 

Face aux déperditions de chaleur, remplacer les menuiseries d’une habitation est un choix judicieux. Si un châssis représente un investissement important et nécessite à priori jusqu’à 25 ans de retour sur investissement, l’étanchéité à l’air qu’il offre permet toutefois de réaliser des économies d’énergie importantes qui réduisent fortement ce délai.

À l’approche d’une fenêtre non performante, la sensation de froid et de courant d’air peut s’avérer très dérangeante. Cette sensation désagréable va pousser l’occupant à augmenter le chauffage et donc à consommer davantage… Rénover s’avère alors être une solution efficace, aussi bien contre les courants d’air et l’humidité que les nuisances sonores. Tous les paramètres doivent donc être pris en compte pour estimer le véritable retour sur investissement.

 

Des primes encourageantes
 

Ces dernières années, des progrès importants ont été réalisés dans les techniques de menuiserie, prenant en compte le vitrage, le profilé, les barrettes thermiques, etc.

Les aides et primes diverses peuvent être accordées en cas de défaut de châssis (simple vitrage, infiltrations d’eau, condensation de surface) ou d’une mauvaise étanchéité à l’air. De quoi encourager les plus réticents à se lancer dans la rénovation.

 

Calculer la performance de son châssis
 

La valeur « U » a été créée pour calculer précisément la performance d’un châssis. L’indicateur Uw (U window) représente donc un code de calcul qui prend en compte une série de critères et permet de standardiser les valeurs et de comparer proportionnellement les produits entre eux.

Plus basse est la valeur, meilleure est la performance. La limite maximum en Région wallonne est de 1,8 W/m².K au-dessus de laquelle la performance est jugée insuffisante.