En Belgique, le fossé ne cesse de se creuser entre les besoins spécifiques des familles monoparentales - qui représentent 25 % des familles - et les systèmes d’aides publiques classiques. Ces familles sont notamment confrontées à des problèmes énormes de conciliation entre vie privée et vie professionnelle et, corollairement, à des soucis d’ordre économique, et ce plus particulièrement à Bruxelles.

 

Des difficultés croissantes

Si elles ne peuvent pas compter sur des membres de leur famille, les mères de familles monoparentales peuvent en effet difficilement prendre un temps plein. Et s’il n’y a pas d’entourage, il faut payer des services de garde, ce qui réduit le budget familial. Le problème est d’autant plus exacerbé que 80 % des familles monoparentales sont tenues par des femmes… et, dans un cas sur deux, les contributions alimentaires ne sont pas payées ou pas de manière régulière.

Le fossé ne cesse de se creuser entre les besoins spécifiques des familles monoparentales et les systèmes d’aides publiques classiques.

À tout cela, s’ajoutent un manque de structures d’accueil, notamment au niveau de la petite enfance, ainsi que des soucis de mobilité, entre autres pour les déplacements dans le cadre des activités extrascolaires. La conjugaison de tous ces éléments provoque un véritable effet boule de neige dont souffrent les parents mais aussi les enfants, avec un impact sur leur développement social.

 

Besoin de réformes

Pour s’adapter aux évolutions des structures familiales, c’est toute notre législation qui doit être adaptée. C’est en cours… mais c’est trop lent ! Par exemple, au niveau des aides de première ligne, très peu de centres d’accueil aux personnes sont adaptées aux nouveaux besoins. C’est la raison pour laquelle la Ligue des Familles vient de créer un Centre d’accueil aux personnes (CAP) à Bruxelles avec le soutien de la Cocom. Il apportera entre autres aux familles monoparentales de l’information sur leurs droits. Par ailleurs, l’ASBL est en train de développer une plateforme consacrée à la monoparentalité.