En raison de revenus précaires ou d’absence de fonds propres, une large frange de la population n’a pas accès aux banques. Le crédit social constitue alors une belle alternative pour l’achat, la construction ou la rénovation d’un bien immobilier. Les sociétés de crédit social assurent en outre un encadrement et un accompagnement du candidat emprunteur pendant toutes les démarches liées à sa demande de prêt et, ensuite, pendant toute la durée de remboursement.

Le crédit social est toutefois soumis à des conditions, notamment en matière d’endettement et de revenus. L’organisme prêteur doit en effet s’assurer que l’emprunteur aura la capacité de rembourser son prêt. D’autant plus que de décennie en décennie, la loi sur le crédit s’est renforcée en vue de mieux protéger le consommateur contre tout risque de surendettement.
 

130 000 euros en moyenne

En 2017, quelque 4 000 crédits sociaux hypothécaires ont été accordés en Wallonie. Pour environ 3 000 de ceux-ci, le montant moyen d’un prêt social hypothécaire s’élevait à 130 000 euros, ce qui est inférieur au montant moyen emprunté via le circuit bancaire. Pour le crédit social à la consommation dans le secteur du logement, la moyenne est de 16 000 euros.

Plus de 60 % des emprunteurs en prêts sociaux ont moins de 35 ans. La catégorie la plus représentée est les 25-29 ans. Les jeunes n’ont en effet généralement pas de fonds propres et sont souvent en début de carrière professionnelle. Une autre cible du crédit social est constituée des personnes isolées et des ménages monoparentaux qui, eux aussi, connaissent des difficultés à emprunter via le réseau bancaire.