Aujourd’hui, en Belgique, on construit quelque 2 500 maisons en bois chaque année. Ceci représente environ 11 % du nombre total des nouvelles maisons.

L’essor de la construction en bois ne se limite d’ailleurs pas aux seules maisons unifamiliales : bâtiments publics, écoles, halls omnisports, etc., sont également concernés.
 

Des atouts de taille

Cet engouement s’explique bien entendu par le caractère naturel, renouvelable et recyclable de ce matériau. Bon nombre de candidats bâtisseurs entendent ainsi participer à contrer les effets du réchauffement climatique.

L’attrait du bois est dû aussi à la diversification de son utilisation : des traditionnels chalets de jardin, on est passé aujourd’hui à la construction d’immeubles de plusieurs étages tout en bois.

D’autres avantages sont encore évidemment présents : les propriétés du bois en font un matériau thermiquement performant ; l’isolant situé entre les éléments de structure permet de gagner de l’espace habitable ; les délais de construction s’avèrent très rapides, quelques jours suffisent.

L’utilisation du bois permet en outre une construction sèche avec, en conséquence, la possibilité de pouvoir l’occuper dès qu’elle est couverte. Le cas échant, tout ceci permet de ne pas devoir payer un double loyer durant la construction du bâtiment.
 

Sus aux idées reçues

L’utilisation du bois est souvent associée à la déforestation. En réalité, 90 % du bois utilisé dans la construction est d’origine européenne et, en Europe, la forêt ne cesse de croître ! On y prélève moins de bois que l’accroissement annuel.

Dernier argument de poids : le recours au bois favorise l’emploi local et le maintien réel d’un tissu économique rural. En Wallonie, la filière bois ne représente pas moins de 19 000 postes de travail.