Demandez à vos amis joggeurs : ils vous affirmeront que courir n’est pas une torture, mais une véritable séance de ressourcement et de bien-être. Bien sûr, la discipline possède des courses mythiques au kilométrage affolant, 160 km autour du Mont Blanc, 300 dans le Val d’Aoste, le tout avec un dénivelé aussi impressionnant que le kilométrage, mais la course à pied nature est surtout un excellent moyen de découvrir l’environnement près de chez soi. Enfilez vos baskets, je vous y emmène…

La vie dans les bois

Malgré le pas feutré du coureur, ce n’est que par surprise que l’on découvre la vie dans les bois. Souvent, il s’agit d’un moment furtif : comme deux bêtes chassées, le coureur et l’animal se regardent pendant l’éternité d’un instant, un temps hors du temps, un moment magique. Quoi de plus beau que de profiter d’une rencontre avec un chevreuil, un hibou, un faucon ou un renard lors d’une sortie dans les bois ?

Un pas devant l’autre, courir est simple. On se concentre alors sur l’équilibre de notre corps afin d’exécuter au mieux ce mouvement systématique. La forêt, elle, nous entoure, nous protège et reflète la parfaite balance du monde en nous offrant à chaque foulée un spectacle perpétuel. Qu’il vente, qu’il neige, qu’il pleuve, qu’importe, si nous parcourons pour la énième fois le sentier, ce dernier est toujours différent. Tantôt la lumière, tantôt la végétation, tantôt la faune, sont sujettes à l’émerveillement. En courant, on se concentre alors sur l’essence des choses.

Le trail possède donc cette double richesse d’offrir un spectacle grandiose à celui qui s’y aventure et la satisfaction de s’être dépassé. Alors, enfilez vos baskets et partez découvrir les merveilles qui vous entourent !

Pour plus d'informations sur le trail running, venez découvrir le blog Sentier du Phoenix.