Martin Chaumont, cardiologue à l’ULB, a entrepris d’étudier les conséquences du vapotage sur notre santé.

 

Périmètre de la recherche - L’objectif de la recherche du Dr Chaumont est d’étudier l’effet de la température de vaporisation d’une cigarette électronique sur la fonction cardiovasculaire, notamment sur les microvaisseaux. L’étude porte sur plusieurs groupes. Le premier concerne de jeunes fumeurs occasionnels de cigarettes classiques et en bonne santé. Pour les besoins de l’étude, ils utilisent une cigarette électronique à basse et haute températures.

 

Les cigarettes électroniques pourraient potentiellement mener à des infarctus, de l’hypertension, des artères bouchées, etc.

 

Originalité de la recherche - L’étude a la particularité de se pencher sur les effets des aérosols utilisés dans la vaporisation. Lors d’études précédentes étudiant la fonction cardiovasculaire, les chercheurs utilisaient des cigarettes électroniques nicotinées. Pour le Dr Chaumont, « c’est un piège ! On a du mal à faire la part des choses entre les effets de la nicotine et l’effet de la cigarette électronique. Dans notre design, nous avons complètement séparé la nicotine et les substances de base qui permettent de créer la vapeur, à savoir le propylène glycol et la glycérine végétale. Dans la cigarette classique, on a une exposition à de la fumée ; dans l’électronique, à un aérosol. Il faut prendre en compte cette différence pour définir les paramètres pertinents ».

 

Vapotage : quels risques potentiels ? - Lorsqu’on chauffe un petit peu trop les liquides, il y a production de dérivés toxiques pour les poumons, comme dans le tabac, mais probablement à moindre dose. Ces dérivés augmentent aussi la tension artérielle. Ils pourraient potentiellement mener à des infarctus, de l’hypertension, des artères bouchées, etc. Toutefois, jusqu’ici, ces effets potentiels n’ont été confirmés par aucune étude.

 

Une recherche indépendante - Cette recherche est menée en toute indépendance, sans aucun lien avec la moindre industrie. Elle bénéficie de financements du Fonds pour la Chirurgie Cardiaque (24 500 €) et d’une dotation annuelle du Fonds Erasme. À ce stade, le Dr Chaumont ne déconseille pas la cigarette électronique : « Si on a un moyen efficace de lutter contre le tabac, il faut le prendre ! ».