Quels sont les différents types de croisières aujourd’hui ?
 

Paul De Bruyn : « On peut répartir les bateaux en trois groupes : les funships, les bateaux de croisière plus traditionnels et les bateaux d’expédition ou d’aventure. Les premiers sont des bateaux de 3 000 passagers ou plus ; ils constituent une destination en soi, dans la mesure où beaucoup d’activités de divertissement sont organisées à bord. Pour les croisières plus traditionnelles, l’armateur est sélectionné en fonction du nombre d’escales qu’on souhaite visiter et de leur durée. Le troisième groupe rassemble des voiliers et des bateaux d’expédition pour 50 à 300 passagers. »

 

Quelle est la spécificité des bateaux de la catégorie expédition/aventure ?
 

P. D. B. : « On peut visiter les destinations de manière beaucoup plus intense et approfondie. D’ailleurs, dans les deux ou trois prochaines années, beaucoup de navires encore plus petits et peu impactants pour l’environnement apparaîtront. Ils permettront d’atteindre des destinations exceptionnelles jusqu’ici peu accessibles, par exemple en Arctique, en Antarctique, dans la Grande Barrière de Corail en Australie ou encore dans les Grands Lacs américains. »

 

Quelles sont les tendances actuelles pour les croisières traditionnelles ?
 

P. D. B. : « Les armateurs cherchent de plus en plus en plus - même en Méditerranée - à s’éloigner des destinations les plus fréquentées comme Cannes, Monaco ou Barcelone. Ils se dirigent par exemple vers des monuments inscrits au patrimoine de l’UNESCO. Récemment, j’étais sur un des premiers bateaux allant à Kotor, au Monténégro ; après avoir remonté des fjords pendant deux heures, on visite cette petite ville médiévale encore très authentique. »

 

À quelles activités peut-on participer sur un funship ?
 

P. D. B. : « Sur la plupart des navires, le programme de divertissements à bord - et parfois à terre - est si large qu’il est impossible de tout faire. En fonction de la dimension du bateau, les activités sont prévues pour des groupes de taille variable, de quelques passagers à 200 pour les plus grands. Les funships accueillent beaucoup de familles. Il y a donc des activités pour les 2 à 17 ans, en différents groupes d’âge : infrastructures sportives, équipements électroniques, discothèques adaptées, etc. Les parents peuvent combiner : confier leur enfant à un moniteur pour une activité de quelques heures, puis faire une visite culturelle en famille. Pour les adultes, il y a des activités de sport, de bien-être, du cinéma, des conférences sur la prochaine destination, mais aussi des ateliers culinaires, des dégustations de vin, des cours de couture ou d’utilisation de tablettes et du cloud… Sur certains navires, il est même possible de visiter la salle des machines ou de découvrir l’envers du décor, par exemple les cuisines. »

 

À quels autres critères doit-on faire attention lors du choix d’une croisière ?
 

P. D. B. : « Il faut veiller à sélectionner un produit en phase avec l’ambiance qu’on apprécie. Aucun armateur ne convient à tous les publics. Il importe donc de bien réfléchir à la destination qu’on aimerait visiter, comparer le détail des itinéraires, les temps d’escale… mais aussi les dates ! Si vous arrivez à Livourne un lundi, ce n’est pas très intéressant : les plus beaux musées de Florence sont alors fermés ! Ensuite, il faut analyser les budgets possibles par itinéraire et par destination. Il existe de nombreuses possibilités de budgets, dont des croisières de base à tarif réduit. À chaque budget correspond une expérience de croisière différente. Le choix de l’armateur et du budget dépend de l’expérience que vous aimeriez vivre. »