Pourquoi vous être lancé dans de multiples voyages autour du monde ?
 

Jonathan Kubben : « Après des études en communication et en gestion d’entreprise, mon boulot me procurait un salaire décent, un appartement, une voiture, etc., mais je ne me sentais pas heureux. Pour les jeunes générations comme la mienne, les expériences comptent nettement plus que les biens matériels. J’ai dès lors tout vendu. Sans regret : les voyages que j’ai faits depuis deux ans me font encore rêver aujourd’hui. Ce ne serait sans doute pas le cas avec des biens matériels ! »

 

Quels pays avez-vous visités ?
 

J. K. : « En 2016, j’ai commencé par faire une grande partie de l’Amérique latine. Je suis ensuite passé par des pays d’Europe et le Maroc, puis je suis parti en Asie, principalement en Asie du Sud-Est, du Vietnam au Myanmar, puis en Malaisie, à Singapour, à Hong-Kong pour aller jusqu’en Indonésie. Il y a peu, je suis reparti au Mexique et aux États-Unis. Mes futurs projets sont l’Inde, la Russie et le Japon ; l’Afrique du Sud et la Namibie m’intéressent aussi. »

 

Comment voyagez-vous ?
 

J. K. : « Il y a différents types de voyages, y compris les voyages organisés ou les city trips, mais celui auquel je m’identifie le plus, c’est le backpacking (randonnée sac au dos, ndlr), où on peut vivre des expériences avec la population locale. Beaucoup de gens ont peur de partir seuls ainsi, mais, en fait, on ne l’est pratiquement jamais. Je me rends parfois dans des pays comme la Colombie ou le Mexique, bien moins dangereux qu’on le croit ; même si tout n’y est pas rose, les gens vous y accueillent à bras ouverts. Il ne faut pas trop se laisser influencer par l’image négative véhiculée par certains médias ; elle ne correspond qu’à une infime partie de la réalité ! »
 

 

Quelles destinations recommandez-vous pour 2018 ?
 

J. K. : « L’an dernier, j’avais mis Cuba au top. Cela reste une destination que je recommande. À côté de ça, on peut opérer ses choix en fonction de grands événements. Je pense notamment à la Russie, où la Coupe du Monde constitue un bon prétexte pour découvrir une nouvelle culture, ainsi qu’à l’Inde, où a lieu la Holi Fest, le festival des couleurs, chaque année en mars, ou encore au Japon, avec sa saison des cerisiers, fin mars, début avril. J’ai également un coup de cœur pour la Colombie, non pas qu’il s’agit du plus beau pays au monde, mais parce que la population et l’atmosphère générale y restent incroyables. De plus, les touristes y sont relativement peu nombreux. »

 

Si vous ne deviez choisir qu’une seule destination, quelle serait-elle ?
 

J. K. : « Si vous voulez découvrir beaucoup de choses concentrées en un seul petit endroit, je recommande la ville mexicaine de Tulum. On y découvre des choses uniques au monde, comme les cénotes, des roches de surface qui craquent en raison d’une rivière souterraine, ainsi que des grottes dont la couleur de l’eau est impressionnante. À proximité, on y trouve encore de splendides pyramides mayas facilement accessibles, avec vue sur les Caraïbes. Le peso y est en outre actuellement très faible et l’on peut y manger dans de très bons restos pour pas cher du tout. La ville est toutefois un peu victime de son succès : les infrastructures ne suivent pas toujours et la connexion internet est loin d’être top. Pour s’y rendre, il y a des vols directs vers Cancún, où on loue une voiture à bas prix ; Tulum est à 130 km de là. »